La designer s’est faite une place de choix dans le paysage du design international par une signature minimaliste.
Par Suzanne Philippe 

designerAvec une esthétique discrète et ludique, le travail de Cecilie démontre que les détails fonctionnels sont capables de créer l’essence esthétique d’un objet de façon subtile. Sa contribution au design danois a connu un premier succès avec la table Micado, conçue pour Fredericia en 2004. Diplômée de l’Académie royale danoise des Beaux-Arts- L’école de design en 1997, puis de l’Université d’art et de design de Helsinki, Cecilie Manz a fondé son propre studio à Copenhague en 1998. Elle y conçoit des meubles, du verre, des lampes et des produits connexes, principalement pour la maison. Outre les produits industriels, ses prototypes expérimentaux et ses pièces uniques plus sculpturales constituent une partie importante de son travail et de son approche. « Je considère toutes mes oeuvres comme des fragments d’une grande histoire en cours où les projets sont souvent liés en termes d’idées, de matériaux et d’esthétique, à travers le temps et la fonction. Mon travail a toujours tourné autour de la simplicité, le processus menant à un objet pur, esthétique et narratif ».

designerL’art de la simplicité

La collection Post est un exemple d’élimination du « superflu », afin de se concentrer uniquement sur l’essentiel. Pour la designer, la création consiste à examiner l’utilité d’un meuble : la forme émerge de la fonction dans une expression pure et utile. C’est donc cette simplicité imprégnée d’un sens de la beauté certain qui est au coeur de cette nouvelle collection, dont le nom est un clin d’oeil à l’ancienne maison du Royal Mail rénovée qui sert de salle d’exposition à la maison Fredericia à Copenhague.

 

Mon objectif est d’avoir un argument clair qui légitime l’existence de chaque objet. La fonction est essentielle. Si rien ne la justifie, je préfère m’abstenir.