Menu
ARCHITECTE D’INTÉRIEUR

Le supplément d’âme de BELINDA DIWAN

Pour chacun de ses projets, Belinda Diwan sait créer des ambiances particulières où l’émotion s’impose.
Par Alexandra Fournier

Après avoir travaillé chez Pierre Yovanivitch à Paris, Honor Riley à New York et David Collins a Londres, Belinda Diwan rentre en France pour ouvrir son cabinet. Ses projets la mènent à imaginer des espaces résidentiels avenue Montaigne ou des hôtels particuliers au cœur de Paris. On lui confie également l’ouverture de plusieurs cliniques esthétiques haut de gamme. À travers ses nombreux voyages et ses origines libano-allemande, Belinda Diwan mêle de multiples influences. Son style minimaliste incorpore des matériaux organiques pour garder une chaleur et une intemporalité à l’espace. La sérénité des tons est rythmée par des touches de couleurs. Portant la matière au centre de ses conceptions, elle aime s’entourer d’artisans au savoir-faire unique.

D’où vous vient votre passion pour l’architecture intérieure ?

J’ai toujours été fascinée par l’impact de l’architecture sur notre quotidien. Très tôt, j’ai ressenti l’influence des atmosphères qui se dégageaient de certains lieux à travers des couleurs, des matières et de la composition architecturale. Pour les lieux que j’imagine, je joue de ces paramètres afin d’y créer des ambiances particulières.

Comment trouvez-vous l’inspiration pour chacun de vos projets résidentiels ?

J’aime mettre la matière et la structure au cœur de mes projets. Mon processus de création commence par un élément central autour duquel je construis un narratif imaginaire. Pour les salons de l’hôtel particulier que j’ai réalisé à Paris, mon point d’encrage a été une cheminée en marbre autour de laquelle j’ai construit une atmosphère. Dans un autre projet réalisé à New York, ce fut une œuvre d’art particulièrement prisée par le client collectionneur. Toute ma conception a été inspirée par les tonalités et les géométries de cette composition.

L’architecture et les volumes conditionnent-t-ils vos choix ?

Ce sont deux éléments qui ont une grande influence mais c’est surtout la lumière des volumes qui conditionne mes choix. La manière dont la lumière va se refléter ou être absorbée a un impact sur ma conception artistique de l’espace.

Sur quels critères choisissez-vous les matières et les matériaux utilisés ?

Mon travail de conception est influencé par l’atmosphère que je souhaite retranscrire dans un lieu mais également par des échanges avec les artisans qui m’entourent. Leur savoir-faire si particulier permet d’exprimer l’harmonie d’un espace dans les moindres détails, par exemple à travers un laiton oxydé ou le travail de menuiserie sur un bois revisité. Chaque espace est unique et donne lieu à des créations originales qui doivent retranscrire une émotion particulière.

Comment s’effectue le choix du mobilier ? Avez-vous des marques favorites ?

J’aime trancher les formes organiques par des formes géométriques. En revanche, si je n’ai pas de marque favorite, je me tourne souvent vers les marques italiennes. Leurs pièces sont originales tout en restant classiques et intemporelles. Il m’arrive également de créer du mobilier sur-mesure, comme des tables basses qui me permettent d’habiller un espace.